Penser la place des parents en crèche : pourquoi doivent-ils se sentir bien en arrivant ?

Aujourd’hui, se sentir bien en arrivant dans l’établissement où son enfant est accueilli, peut paraître tout à fait normal, mais ça n’a pas toujours été le cas. 

Pour la petite histoire, les crèches ont d’abord été créées pour lutter contre la pauvreté et la mortalité infantile.  En 1860, elles s’inscrivent dans un mouvement hygiéniste excluant TOTALEMENT les parents pour protéger ces lieux de toute contamination. Cette idée est tellement poussée qu’à leur arrivée, les enfants sont déposés nus à travers un sas (une sorte de boîte aux lettres à bébé), puis habillés avec des vêtements de l’établissement !

Heureusement, grâce aux travaux des psychologues, à l’initiative de nombreux parents, professionnels et associations, ces pratiques ont bien changé ! Penser la place du parent est devenu indispensable. Les crèches passent d’une vision centrée sur l’hygiène à une vision plus centrée sur l’aspect social.

C’est pour cela que les EJE, travailleur social spécialisé en petite enfance, sont de plus en plus nombreux à la direction de ces établissements.

Concernant la place des parents, un des quatre domaines de compétence de la formation EJE est ciblé sur ce thème : accueil et accompagnement du jeune enfant et de sa famille.

Quand j’ai commencé à m’intéresser à ce métier, une de mes erreurs a été de penser que je n’aurais qu’à me concentrer sur l’accompagnement des enfants. Or, comme le dit le célèbre psychanalyste D. W. Winnicott « un enfant tout seul ça n’existe pas ». Prendre en compte l’entourage de l’enfant est indispensable pour lui offrir un accueil de qualité.

Dans cet article, je vous explique comment « se sentir bien dans la crèche »  se décline concrètement pour un parent. Ensuite je fais le lien avec l’indispensable relation de confiance qui existe entre  parent et professionnel. Je vous explique aussi pourquoi elle est indispensable pour l’enfant. Je termine en vous parlant du rôle de l’EJE et comment il peut faire en sorte que ces parents se sentent bien dans la crèche.

I-) Se sentir bien en arrivant dans la crèche : qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

👍 Se sentir attendu lors de sa première entrée dans la crèche

Malheureusement, les parents ont de moins en moins la possibilité de visiter plusieurs crèches puis choisir où leur enfant sera accueilli. Souvent, la première découverte des lieux se fait lors de la période d’adaptation (ou de familiarisation). Pendant généralement une ou deux semaines, l’enfant vient quelques heures avec son parent puis, au fur et à mesure, reste seul.  Le but est de permettre à l’enfant de découvrir en douceur le lieu et les adultes qui vont prendre soin de lui. C’est pour les parents l’occasion d’échanger avec les professionnels et d’amorcer une relation de confiance.

Lors d’une de mes expériences en tant qu’EJE, j’étais remplaçante quelques mois sur une crèche et la période des nouvelles arrivées commençait. Un matin, nous avions mal communiqué dans l’équipe est une maman est arrivée sans que l’on s’y attende. Après quelques regards interrogateurs avec mes collègues, nous nous sommes rapidement concertés pour accueillir cette maman du mieux que nous pouvions.

Cette maman se sentait gênée et « de trop » puisque nous n’avions pas pensé à son arrivée.

Lors de ce première accueil, un élément me semble indispensable pour que le parent se sente bien : voir que l’on est attendu !

Ce sont des petits détails qui peuvent faire toute la différence :

– voir que la photo de l’enfant est déjà mise sur le casier où il mettra ses affaires,

– voir que son prénom est déjà présent sur son lit

– voir qu’une personne est complétement disponible pour lui pendant quelques heures, pour apprendre à connaître l’enfant,

– etc.

👍 Se sentir chaque jour accueilli

Je me suis déjà retrouvée dans des situations où je dois à la fois accueillir un parent, être auprès d’un petit groupe d’enfant (pour des temps de jeu libre) et devoir changer la couche d’un autre enfant. J’avoue qu’à certains moments, c’est chaud !

Dans ce type de situation, être deux professionnels permet qu’un adulte soit disponible pour le parent. C’est l’occasion de vraiment discuter sans être occupé à une autre tâche, créer une vraie relation avec le parent, être à son écoute, savoir ce qui se passe à la maison, laisser le temps nécessaire au parent et à l’enfant pour se séparer, etc.

👍 Sentir que l’espace a été réfléchi selon ses besoins

Imaginez-vous habillé en tenue d’hiver (gros blouson, gants, etc.), avec un sac sur l’épaule, un bébé emmitouflé dans les bras … vous rentrez dans la crèche et vous devez mettre des surchaussures avant de rentrer. S’il n’y a ni fauteuil à coté des surchaussures, ni table à langer, ni transat pour poser bébé, enfiler des surchaussures devient une vraie chorégraphie digne d’un funambule !

Pour se sentir bien, il me semble indispensable de sentir l’espace adapté à ses besoins. Le hall d’accueil est aussi une pièce à réfléchir pour permettre au parent de se sentir bien, notamment grâce à ce type de détails pratiques.

👍 Se sentir invité dans l’espace de vie de son enfant

Sur ce sujet, l’aménagement de l’espace et la place du professionnel jouent beaucoup selon moi. J’ai vu des crèches où les parents ne pouvaient pas entrer dans l’espace de vie de l’enfant (ils restent derrière la barrière).

J’en ai vu d’autres où le parent peut théoriquement entrer, mais le « meuble de transmission » (étagère où l’on peut trouver les feuilles avec les informations sur la journée de l’enfant) suggère fortement de rester vers la porte.

J’ai aussi vu d’autres établissements où le parent devait complétement entrer dans l’espace de vie de l’enfant pour aller échanger avec le professionnel, installé au sol avec les enfants.

Pour moi, se sentir invité dans l’espace de vie de l’enfant, c’est pouvoir accéder à son espace de jeu et ne pas hésiter à le suivre s’il veut nous montrer son jeu préféré. En étant libre d’évoluer dans l’espace, la crèche montre au parent qu’il a toute sa place ici. C’est un moyen d’observer l’organisation, ne pas sentir que des endroits lui sont « cachés », et se sentir en confiance dans cet espace.

La séparation y est aussi plus facile pour l’enfant. C’est bien différent pour l’enfant de passer de bras à bras, par-dessus une barrière serrée devant la porte d’entrée, ou prendre le temps de dire au revoir après avoir commencé un jeu avec son papa.

II-) Être en confiance : un pilier indispensable de la relation parent – professionnel

Ces moments, où le parent se sent bien dans la crèche, permettent de consolider le lien de confiance qui se crée entre les parents et l’équipe accueillante. Cette confiance est indispensable pour que l’enfant soit accueilli dans les meilleures conditions.

👍 Si le parent est pris en compte, l’enfant l’est aussi

L’enfant est la prunelle des yeux de son parent, c’est l’être le plus cher. En confiant son enfant à un établissement, le parent souhaite qu’on prenne soin de lui, qu’on lui prête l’attention qu’il a besoin même si le collectif impose une vie de groupe.

Si le parent se sent pris en compte, que sa place est réfléchie selon ses besoins, que les professionnels sont disponibles pour lui, etc., il peut supposer qu’il en est naturellement de même pour son enfant. Dans sa journée, ses besoins seront aussi pris en compte, que l’équipe réfléchie pour lui et que les adultes seront disponibles pour lui.

👍 Un parent en confiance, c’est un enfant en confiance

Vous avez surement déjà entendu dire « les enfants sont de véritables éponges à émotions ». Cela signifie qu’en étant entouré de personnes stressées, ils seront stressés, alors que s’ils sont entourés de personnes sereines, ils seront également sereins.

Il en est de même pour la confiance : si le parent se sent en confiance avec les professionnels, l’enfant le sera également. Cela se ressentira sur tous les moments de la journée de l’enfant, comme par exemple la séparation du matin, étape clé de sa journée !

Puisque les professionnels veillent à garantir le bon développement de l’enfant et sa sécurité physique, affective et morale, la confiance avec le parent est un élément indispensable à travailler.

👍 Nécessité de favoriser la continuité des soins entre la maison et la crèche

Le parent est le premier éducateur de l’enfant. C’est lui qui fait les choix concernant son éducation. Il fait partie intégrante de sa vie. Même si certains enfants passent plus de temps auprès des professionnels de la crèche que de leur parent, leur parole doit toujours être prise en compte. Le but est d’être dans une démarche coéducative, en prenant toujours en compte le parent.

L’enfant est rassuré en voyant qu’il y a une communication de qualité entre tous les adultes qui l’entourent. Si les parents se sentent en confiance avec les professionnels qui accueillent au quotidien leur enfant, ils peuvent discuter plus ouvertement de la vie à la maison, des problèmes qu’ils rencontrent, des astuces qu’ils ont trouvé, des préférences de l’enfant, etc. Il retrouve ainsi des éléments qu’il connaît de la maison.

Pour conclure, quel est le rôle de l’EJE dans tout ça ?

Par ses connaissances théoriques, l’EJE sait que prendre en compte les parents dans la vie de l’établissement est un élément indispensable pour un accueil de qualité de l’enfant.

Il sait aussi que les politiques publiques souhaitent encourager cela. Voici par exemple un extrait de la charte nationale pour l’accueil du jeune enfant écrite en 2017 :

« Je suis sensible à mon entourage proche et au monde qui s’offre à moi. Je me sens bien accueilli.e quand ma famille est bien accueillie, car mes parents constituent mon point d’origine et mon port d’attache. »

Lors des premiers temps en EAJE, notamment la période d’adaptation, l’EJE veille à réfléchir en amont avec l’équipe aux outils permettant un accueil progressif et stable pour l’enfant. Par ses missions liées à la prévention précoce autour des premiers liens d’attachement, il peut organiser la présence d’un professionnel référent avec qui l’enfant (et le parent !) peuvent créer une relation privilégiée dès son entrée dans la crèche.

L’EJE peut aussi travailler avec l’équipe le projet pédagogique pour réfléchir à la place du parent dans l’établissement via l’aménagement de l’espace.

En vivant au quotidien la relation avec les enfants et les familles, il peut aussi travailler la questions des transmissions et des enjeux liés à ce temps.

Pour mieux comprendre comment les parents se sentent dans la crèche, il peut également solliciter leur parole via différents outils, pour qu’ils puissent exprimer leur avis, leurs besoins et leurs idées.

Suivez les nouveautés du blog et partagez sur les réseaux :

Laisser un commentaire