Quelle est la pédagogie de demain

Quelle est la pédagogie de demain

C’est en formation d’Educateur de Jeunes Enfants que j’ai réellement découvert ce qu’était la pédagogie. Ce sujet s’inscrit dans le deuxième domaine de compétences de la formation. (Cliquez-ici pour connaître l’organisation de la formation !) Avant, ma seule expérience était mon propre vécu de mon parcours scolaire. Lors de cette formation, j’ai découvert tout l’intérêt qu’avait les enseignants et éducateurs au sens large à être formé à la pédagogie.

A ce moment, j’ai été beaucoup plus attentive lorsque l’on me parlait de l’éducation dans les pays nordiques. Mon rêve était de partir comprendre comment se déroule l’éducation dans ces pays. Après mes années d’études, j’ai décidé de partir en Finlande (🎉🎉🎉) quelques mois pour observer sur place comment cela se déroulait. Je voulais rencontrer des professionnels finlandais, comprendre leur vision et voir ce que je pourrais ramener en France dans ma propre mallette pédagogique.

Je suis donc parti en tant que fille au pair pour être au cœur de la culture finlandaise.

Ce travail me permettait de rencontrer quotidiennement les établissements fréquentés par les enfants. J’avais également de nombreux temps libres pour me familiariser à la vie locale et rencontrer d’autres jardins d’enfants locaux. Au final, j’ai visité 4 jardins d’enfants dont un où je suis restée une semaine et un que je fréquentais en tant que « famille » dans le cadre de mon travail. J’ai visité une école, interviewé des professionnels, rencontré de nombreux étudiants en petite enfance … et petit bonus : pour compléter ce voyage j’ai poursuivi mes recherches quelques jours à Stockholm en Suède ! 😁

Bref, je pourrais détailler plus de cette expérience dans un autre article. Mais suite à ce voyage, je me suis questionnée sur l’avenir de l’éducation en France. Avant, il était évident pour moi que nous devions faire comme en Finlande. 

Après ce voyage ... mon avis a plutôt évolué.

C’est cette expérience et ces réflexions qui m’ont amené à m’intéresser au carnaval d’articles lancé par Mickaëline sur « Comment voyez-vous la pédagogie de demain ? » . Elle tient le blog « L’avis de Mickaëline » sur la dyslexie et l’accompagnement des enfants dyslexiques. Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à visiter son blog, surtout cet article sur les différents troubles dys ! 😉

Alors c’est parti, la pédagogie de demain est-elle celle des pays nordiques ? 

Educatrice et pédagogie de demain

I - Pourquoi parle-t-on autant des pays nordiques lorsque que l'on parle d'éducation?

Même si tu ne travailles pas encore dans l’éducation, tu as surement entendu deux choses des pays nordiques :

  • Il fait nuit tôt l’hiver ❄
  • Ce sont des pays reconnus pour leur système éducatif ! 👩‍🎓

Alors qu’y a-t-il de différent par rapport à la France ?

Pour comprendre, voici un résumé du déroulé général de l’enfance en Finlande.

Après le congés maternité de 9 mois, j’ai vu que les mères choisissent culturellement de rester encore auprès de leur enfant jusqu’à ses 1 ou 2 ans (pas de possibilités d’accueil avant). Ensuite, jusqu’à 6 ans, il est généralement accueilli en jardin d’enfant et parfois chez une assistante maternelle. L’année des 6 ans est une année « préscolaire ». Il n’y a pas encore d’apprentissages scolaires mais elle est obligatoire. Puis à 7 ans, l’école commence. Les cours ont lieu à partir de 8h ou 9h, jusqu’à 13h ou 14h (avec des récréations et une pause déjeuné). L’après-midi, les enfants jouent au parc, encadrés par des « animateurs » mais sont très libres. Ils peuvent également rentrer chez eux.

En école maternelle française, les enfants apprennent dès la petite section (entre 3 et 4 ans) à « être élève ». Ils doivent acquérir certaines compétences et apprendre à écouter le maître.

En jardin d’enfant finlandais, la dynamique est plus similaire à celle de la crèche en France.

J’ai pu voir que jusqu’à 6 ans, les enfants sont invités à découvrir et apprendre par le jeu. Il y a des temps de jeu libre et des temps d’activités ciblées sur la découverte. Je me souviens d’une journée où les enfants de 4 ans avaient étudié les robots avec des intervenants extérieurs par exemple.

Ils apprennent à communiquer et vivre dans un groupe. Il y a une forte place de la nature et ils passent chaque jour plusieurs heures à jouer dehors, quelle que soit la météo. 

👉Voici d’ailleurs la preuve en image : 

Tenue de pluie pour enfant en finlande

Tenue de pluie complète pour jouer dehors : bottes, combinaison imperméable, k-way, gants imperméables !

Pour cette tranche d’âge, les adultes ont pour but de favoriser le plaisir de vivre, de découvrir et d’apprendre !

Et c’est ces grandes valeurs, placées au cœur du système éducatif, qui font la spécificité du système finlandais. Mais ces valeurs ne sont pas inexistantes en France. Il existe des initiatives ayant les mêmes intentions, comme par exemple le mouvement des pédagogies nouvelles ! 😉

Educatrice et pédagogie de demain

II- Qu'est-ce que la pédagogie nouvelle?

La pédagogie nouvelle s’inscrit dans le courant de l’éducation nouvelle.  Mais qu’est ce que c’est que ce truc ? 🤔

L’idée centrale est d’offrir la possibilité à l’enfant d’être acteur de ses apprentissages dans un cadre de confiance. Elle s’oppose à la pédagogie traditionnelle.  

Pour comprendre la pédagogie nouvelle, il faut comprendre ce qu'est la pédagogie traditionnelle :

Dans la pédagogie traditionnelle, le maitre dirige et est au centre de l’action. Il transmet le savoir et les enfants apprennent par imitation. Le contenu à enseigner aux enfants est déterminé préalablement. L’enfant doit s’adapter à ce modèle et « entrer dans le moule ». C’est une pédagogie de l’effort, où l’enfant suit une méthodologie déterminée dans ses apprentissages et obéit à l’autorité magistrale du maitre. Il y a les notions de sanctions et récompenses dans ce système.

C’est un peu sec décrit comme ça mais c’est une réalité. 😕 Elle correspond majoritairement à l’éducation scolaire que reçoive les élèves français.

Bien-sûr, tous les profs n’appliquent pas la même pédagogie et nous avons tous le souvenir de profs géniaux ! Mais c’est globalement la pédagogie souhaitée par le ministère de l’éducation nationale.

Mais alors, en quoi la pédagogie nouvelle est-elle différente ?

La pédagogie nouvelle est dite « active », contrairement à la pédagogie traditionnelle qui est dîtes « passive ». Elle respecte les besoins et les intérêts de l’enfant ainsi que sa liberté.  Elle considère l’éducation dans sa globalité et attache une importance égale à tous les domaines d’apprentissages : sociaux, physiques, artistiques, manuels et intellectuels.

L’idée au cœur de la pédagogie nouvelle est que l’enfant apprend en faisant. L’objectif est de rendre l’enfant autonome en lui donnant l’envie et les moyens pour le devenir. L’enfant agit, explore, découvre, enquête, invente…

Avant d’être une accumulation de connaissance décidée en amont, comme dans la pédagogie traditionnelle, l’apprentissage part des centres d’intérêt de l’enfant. Le pédagogue s’efforce de susciter l’esprit d’exploration, de coopération, d’entre-aide et de laisser le libre choix des activités.

L’apprentissage de la vie sociale est un point important de ce mouvement car le respect de l’enfant implique qu’il soit partie prenante du fonctionnement et des règlements qui régissent sa vie. La classe devient un lieu de débat.

Tout ça sonne novateur comme idée ?

Pourtant le courant de l’éducation nouvelle date d’il y a plus de 100 ans !!!

En Europe, des pédagogues comme Célestin Freinet, Maria Montessori, Ovide Decroly ou Rudolf Steiner l’ont portés. Chacun l’interprétait à sa manière, par ses propres méthodes pédagogiques. Mais tous avaient les mêmes valeurs et la même vision de l’enfant comme être actif de ses apprentissages.

pédagogies nouvelles
Educatrice et pédagogie de demain

III- Comment la pédagogie nouvelle se traduit-elle concrètement ?

Alors après avoir lu tout ça, tu es surement dubitatif … surement que tu te dis : c’est beau dit comme ça, mais concrètement, comment ça se passe ?

Si l’on prend par exemple une classe de CP :

En pédagogie traditionnelle, les enfants sont généralement assis, alignés,  face au tableau et au maître. Cet aménagement montre la place dominante du maître. Chaque jour, il suit le programme et fait en sorte d’inculquer de nouvelles connaissances aux enfants. Par exemple, un lundi, il expliquera une leçon sur le son « ai ». Puis les enfant font des exercices et reçoivent une note qui les classe en « bons » ou « mauvais » élèves.

En pédagogie active, si l’on reprend la classe de CP, l’aménagement y est différent. Chaque pédagogue aménage en fonction de ses observations.

Pour répondre au principe de liberté, les enfants peuvent circuler dans l’espace.

Les âges sont souvent mélangés pour permettre l’entraide entre les enfants. Le fait de ne pas être au même niveau d’acquisition n’est plus un problème. En considérant chaque enfant unique, on tire profit de l’hétérogénéité plutôt que la voir comme un poids supplémentaire. Donc les plus « forts » d’un domaine expliquent au moins « forts » comment ils font. Ou alors il le montre. Pour pouvoir travailler ensemble et favoriser cette coopération, il y a des espaces de travail où plusieurs enfants peuvent s’installer.

L’adulte est un guide. En amont, il aménage l’espace pour que les enfants puissent trouver de quoi travailler. Puis il aide les enfants qui le demande ou oriente ceux qui en ont besoin vers des espaces de travail. L’enfant choisit ce qu’il souhaite apprendre au moment où il en a besoin.

Il y a tout de même un suivi des acquis. Le but n’est pas que chaque enfant ait acquis la même chose dans chaque domaine. Le but est que chaque enfant est acquis un minimum de choses indispensables, mais qu’il l’ait fait au moment le plus opportun pour lui. Et s’il souhaite aller plus loin, l’adulte fait en sorte qu’il puisse progresser jusqu’à ce que sa soif de découverte dans un domaine soit apaisée.

Pour offrir de nouvelles découvertes, il y a aussi souvent des intervenants extérieurs venant partager leurs connaissances ou animer des temps créatifs.

pédagogie active exemple concret

Malheureusement, je n’ai pas eu d’expériences dans des écoles utilisant la pédagogie active.

Si vous souhaitez voir d’avantage d’exemples concrets et récents, je vous invite à vous intéresser aux travaux de Céline Alvarez.

Vous pouvez par exemple regarder cette vidéo : « Classe maternelle, Gennevilliers 2 »

En revanche, je connais beaucoup mieux la pédagogie active en crèche ! 😉 👇

Donc comment s’organise la pédagogie active auprès des plus petits ?

Je pense que de nombreux EJE et autres professionnels de la petite enfance sont intéressés par ce sujet. Chacun à son échelle essaie de les appliquer dans son quotidien. Cependant, j’ai pu faire un stage pendant 9 mois dans un établissement où le projet central était ciblé sur la libre circulation. Le but premier est que l’enfant évolue dans un cadre riche et sécurisant, lui permettant d’être acteur de sa journée.

Habituellement, les grosses crèches accueillent majoritairement les enfants en groupe d’âge. Cela permet aux professionnelles d’adapter l’espace et le déroulement de journée plus facilement. Les besoins et rythmes des enfants sont relativement similaires. La journée est ensuite découpées au rythme des enfants. Ils évoluent en jeu libre dans l’espace. Puis dans la matinée, un atelier différent est proposé. Ensuite s’enchaîne le repas, le temps de sieste, des temps de jeu libre dans le groupe, le goûter et les premiers départs commencent.

pédagogie active enfant

Dans cet établissement ciblé sur la pédagogie active, les enfants sont accueillis dans des groupes multi-âge.

Au fil du temps, on peut voir de l’entraide s’installer entre les plus grands et les plus petits.

Puis lorsque une partie des enfants (et professionnels !) est arrivée, les portes sont ouvertes pour permettre aux enfants de circuler dans plusieurs pièces. Ils sont alors libre de choisir comment ils organisent leur temps de jeu dans la journée en fonction de leurs propres envies.

Un professionnel est présent dans chaque pièce pour animer l’espace. Chacune de ces pièces a son identité. Il y a par exemple une pièce pour les jeux de motricité, une pièce pour les jeux symboliques, une pièce pour les jeux cognitifs, etc. L’enfant choisit la pièce où il veut jouer, le jeu qu’il prend et le temps qu’il y reste. Les pièces sont ouvertes longtemps pour permettre aux enfants de découvrir un jeu, partir ailleurs, puis revenir jouer à ce jeu s’il le souhaite.

Pour offrir plus de découvertes, un atelier plus spécifique est proposé dans le matin (jardin, peinture, jeux d’eau, crayonnage, etc.). Chacun leur tour, les enfants souhaitant participer se présentent à l’atelier puis repartent quand ils le souhaitent.

L’extérieur est aussi un espace très investi. Les enfants s’habillent sur le groupe et se déplace jusqu’à l’accès à la cours.

Aujourd’hui, je suis toujours étonnée de voir que cet établissement était l’un des plus novateurs que j’ai pu rencontrer. Les enfants montraient une grande sécurité affective. Ils étaient réellement acteur de leur journée et montraient une grande autonomie.

Bien sûr, ce genre de projet demande beaucoup (BEAUCOUP!) de convictions et de travail pour être mené, mais cela existe !

Educatrice et pédagogie de demain

IV - Et si nous avions déjà les clés en France pour la pédagogie de demain ?

Le sujet de cet article concerne la pédagogie de demain. Quelle sera-t-elle en France ?

Pendant longtemps, j’ai été persuadée que la pédagogie de demain serait celle que l’on retrouve dans les pays nordiques. Comme je le disais, après ce voyage, mon opinion a évolué.

D’abord, en Finlande, je me suis rendue compte que l’éducation est inscrite au cœur de la société. Il est évident que le pays considère ce domaine comme primordial. Mais j’ai aussi compris que la Finlande et la France sont deux pays très différents. Leur histoire, leur culture, leur climat, leur population sont extrêmement différents. Seulement 2000km nous sépare et je ne pensais pas trouver autant d’écarts. Mais ces différences font, de fait, que rien ne pourra jamais être complètement identique entre ces deux pays.

👍 Je soutiens l’idée de s’inspirer du système finlandais, dans le sens de revoir la politique d’éducation, d’investir réellement dedans ou encore, de mieux reconnaître le rôle des « éducateurs » au sens large. Mais je ne peux plus dire aujourd’hui qu’il faut faire exactement « comme eux », car c’est fondamentalement impossible.

Par contre, cette expérience m’a fait réaliser que nous avions déjà de nombreuses clés entre nos mains pour envisager une meilleure pédagogie de demain !

Il y a énormément d’acteurs (surement plusieurs proches de chez toi !) ayant décidé de se lancer dans l’éducation sans suivre la voie traditionnelle. Il existe de nombreuses écoles Freinet en France. Elles sont les seules « écoles nouvelles » soutenues par l’état, et donc publiques. Mais vous trouverez beaucoup d’écoles privées inspirées de ce mouvement. Les plus connues sont surement les écoles Montessori, mais ce ne sont pas les seules ! 😉

Comme je vous la citais, Céline Alvarez a aussi inspiré de nombreux professeurs des écoles qui ont suivi sa réflexion et repensé leur pédagogie. Vous pourrez trouver sur son site une carte de la France regroupant toutes ces personnes. .

Dans cette dynamique, de nombreux professionnels de la petite enfance s’intéressent à ce mouvement et s’inspirent de livres comme ceux de Nathalie Rétif sur la pédagogie active en crèche ou Laurence Rameau sur l’itinérance ludique📚

👉 Bref, les outils nous entourent et la motivation est présente chez de nombreux éducateurs, toutes professions confondues. Il manque surement une meilleure reconnaissance et une valorisation de ce sujet par l’état et la société. Nous pourrions également repenser notre système qui sépare strictement les enfants de moins de 3 ans et les plus de 3 ans. Après tout, ces enfants restent les mêmes ! Ils grandissent simplement…

Les habitudes et les idées prennent du temps pour changer mais je suis persuadée que la pédagogie active aura une place dans la pédagogie de demain en France.

Educatrice et pédagogie de demain

Ce qu’il faut retenir :

  • La Finlande accorde une grande importance à la qualité de son système éducatif. 🇫🇮
  • La pédagogie auprès des moins de 7 ans est en accord avec la pédagogie nouvelle connue en France.
  • A l’inverse de la pédagogie traditionnelle, la pédagogie nouvelle rend l’enfant acteur de ses apprentissages. 👍 L’adulte ne transmet pas les apprentissages mais rend l’environnement propice à une acquisition personnalisée du savoir.
  • De nombreuses initiatives en lien avec les pédagogies nouvelles, que ce soit au niveau de l’enfance ou de la petite enfance, existent déjà en France. 😁
  • 🔎 Nous possédons déjà de nombreuses pièces du puzzle de la pédagogie de demain, il manque aujourd’hui une politique en faveur de la constitution de ce puzzle !
Summary
Quelle est la pédagogie de demain
Article Name
Quelle est la pédagogie de demain
Description
La Finlande a un système éducatif fabuleux. Pourtant, correspond-t-il à la pédagogie de demain en France ? Après des recherches et une enquête de terrain, voici mon avis.
Author
Publisher Name
Devenir EJE
Publisher Logo

1 comment

C’est un article très intéressant, et bien détaillé, sur la pédagogie Finlandaise. J’aime beaucoup les travaux de Céline Alvarez, heureusement son message commence à se diffuser de plus en plus.
Merci d’avoir participé à mon carnaval d’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elementum libero Curabitur Praesent velit, Nullam dolor. quis, ut id sed libero