Top 5 des qualités nécessaires pour être EJE

Si vous souhaitez devenir EJE, que vous soyez déjà en formation ou non, vous vous demandez certainement quelles sont les qualités indispensables pour ce métier.

Aujourd’hui, je vous partage ce qui me semble être les 5 grandes aptitudes à avoir et pourquoi. C’est un avis très personnel, basé sur les points qui me semblent importants dans mon quotidien.

I- Être bienveillant

C’est pour moi une qualité requise dans tous les métiers où l’on prend soin de l’humain. Que ce soit éducateur, infirmier, sage-femme, professeur des écoles et tant d’autres, la bienveillance est indispensable.

Si vous choisissez de travailler auprès de personnes ayant des besoins spécifiques, c’est parce que vous pensez pouvoir leur apporter le meilleur. Le jeune enfant est totalement dépendant de l’adulte et a besoin d’être accompagné pour s’épanouir et grandir. En travaillant auprès d’enfants, vous souhaitez certainement participer à leur éveil, répondre au mieux à leurs besoins tout au long de la journée, leur proposer un environnement adapté à leur développement, etc.

La bienveillance c’est exactement cela : vouloir le bien de l’autre dans le cadre d’une relation humaine.

Dans ce métier, être bienveillant peut vous sembler évident dans vos relations avec les enfants. Mais il faut aussi penser à la relation que vous aurez avec leurs parents et avec vos collègues. Quelque soit l’établissement où vous travaillez, vous aurez toujours à prendre en compte ces personnes qui font aussi partie de l’environnement de l’enfant.

Et enfin, je rajouterai un point qui me semble important : soyez bienveillant avec vous-même. 

Si vous souhaitez cette bienveillance du fond du cœur mais que vous ne l’appliquez pas à vous-même, elle ne pourra pas exister sur le long terme dans votre travail.

II- Être patient

C’est une qualité que l’on cite souvent pour parler du travail auprès des enfants.

Avant d’entrer en formation, je pensais qu’il fallait être patient parce qu’on me disait « les enfants pleurent et il faut supporter ces pleurs toute la journée ». Mais quelle erreur !

Sur le terrain, être patient peut se traduire par exemple:

  • En réfrénant son envie de mettre la chaussure à un enfant, sous prétexte « d’aller plus vite », alors qu’il veut tenter de le faire seul. S’il n’a jamais essayé, comment pourra-t-il réussir seul un jour ?
  • En laissant un bébé essayer de se retourner pour attraper un jouer proche de lui. C’est l’encourager sans faire à sa place parce que c’est comme ça qu’il découvrira comment se retourner seul.
  • En acceptant qu’au moment des premiers pipis sur le pot, l’enfant teste de faire pipi par terre pour voir s’il peut vraiment contrôler ça seul.

Chaque chose arrivera quand l’enfant sera prêt. C’est à nous, adulte, d’être attentif à ne pas en demander trop à l’enfant et le soutenir quand il en a besoin. Ca veut aussi dire prendre le temps de le laisser apprendre à son rythme.

D’ailleurs, trouvez-vous que votre patience est décuplée face à un enfant par rapport à votre vie quotidienne ? C’est surement pour les raisons que vous venez de lire.

Dans le métier d’EJE, la patience est aussi de mise à un autre niveau.

Une des missions est de créer et porter les projets. Parfois nous avons une idée et, tout de suite après, nous voulons le mettre en place.

Mais l’EJE seul ne peut pas mettre en place un projet. C’est tout un travail d’équipe de le penser, l’imaginer, adhérer, le tester et enfin l’appliquer. Il faut donc être patient, accepter que pendant un temps limité ce ne soit pas exactement comme nous le voulons, laisser mûrir ce projet dans la tête de tous les membres de l’équipe puis l’appliquer réellement.

III- Bien se connaître

J’ai choisi ce terme car c’est celui le plus utilisé dans la langage courant. Mais voici 3 points importants à travailler selon moi pour devenir EJE :

  • L’estime de soi : c’est-à-dire reconnaître sa propre valeur.
  • La confiance en soi : c’est-à-dire reconnaître ses propres compétences
  • L’affirmation de soi : c’est-à-dire la capacité à s’exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres.

 

On confond souvent ces 3 points avec le fait d’être hautain ou prétentieux alors que ce sont des choses complètement différentes. Ces 3 points s’inscrivent dans le respect de soi et le respect de l’autre.

En formation d’EJE, vous allez vous construire une identité professionnelle. Vous allez définir les valeurs qui vous sont chères pour l’accueil de l’enfant et de sa famille. Vous allez aussi vous confronter au terrain et rechercher comment traduire ces valeurs dans le quotidien.

Une fois EJE, vous serez amené à prendre des responsabilités, faire des choix et prendre des décisions. C’est dans ces moments de prise de décision que l’estime, la confiance et l’affirmation de soi permettent de garder ses valeurs au cœur des réflexions et ne pas oublier l’intérêt de l’enfant avant tout.

Alors apprenez à vous connaître ! A connaître vos motivations, vos capacités, vos valeurs bien-sûr, vos points forts, vos limites, vos besoins et à formuler tout ça ! 

IV - Être organisé

Si vous avez lu cet article du blog, vous savez que l’EJE a des missions très variées.

Au cours des 3 années de formations, vous allez acquérir des compétences très larges. Une fois sur le terrain, quelque soit l’établissement, vous aurez certainement plusieurs missions. Vous serez sur des postes vous laissant une partielle ou totale autonomie dans l’organisation de votre travail. Il faudra donc être en mesure d’anticiper, prioriser et organiser votre travail.

Cette capacité d’organisation, vous pourrez la travailler au cours des 3 années de formation. Entre l’alternance cours / terrain, l’écriture de vos dossiers, les lectures, etc. vous devrez, de fait, vous organiser. Pour cela vous trouverez vos outils ressources et votre méthode de travail.

V- Avoir le goût de la communication

Il me semble important de relever ce point dans cet article car communiquer est une des bases du travail en équipe.

Communiquer ce n’est pas seulement parler. C’est savoir observer, exprimer clairement son avis au bon moment, proposer des idées, écouter, ne pas juger et mettre des mots sur les émotions, etc. Le but est d’apporter quelque chose de constructif et avancer ensemble.

La communication se joue au quotidien dans la relation d’équipe mais aussi avec les enfants, leurs familles et les partenaires.

C’est un outil majeur pour créer un environnement cohérent autour de l’enfant et lui donner des repères qui lui permettront de se sentir en sécurité.

Je pense que communiquer n’est pas quelque chose d’évident. Ca se travaille, ça s’apprend, ça se perfectionne. Pour cela, je vous conseille de vous renseigner sur les concepts de communication non violente et de formulation positive. 

Conclusion

Le métier d’EJE a de nombreuses facettes. Grâce à la formation, vous allez perfectionner de nombreuses qualités que vous avez déjà. Vous allez aussi acquérir de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences.

Retenez surtout que chaque EJE est différent. Les qualités et les compétences que vous allez vouloir plus développer ne seront pas les mêmes que vos collègues de formation (et c’est ce qui est riche ensuite sur le terrain !)

Laisser un commentaire