Zoom sur la définition du métier d’EJE : Que faut-il en comprendre ?

Lorsque l’on se renseigne sur un métier, on s’appuie d’abord sur ce que les gens nous disent. Concernant la petite enfance, on entend les métiers se résumer à « jouer toute la journée », « changer des couches », « supporter les pleurs », etc. Si j’ai voulu créer ce blog, c’est pour montrer que cette image est loin d’être suffisante pour parler de ces métiers.

Ensuite, nous allons chercher sur internet dans les nombreuses définitions, plus ou moins officielles, et aussi plus ou moins justes. La première fois que j’ai lu celles concernant le métier d’Educateur de jeunes Enfants, je me suis dit « Waouh ça à l’air top ! … Mais ça veut dire quoi exactement ? ».

 

 

Mon but, avec cet article, est de comprendre ce que le WEB peut nous donner comme information sur la définition du métier. J’approfondis les éléments essentiels abordés, je partage l’avis que j’en avais avant la formation et comment je les comprends aujourd’hui.

Cet article s’appuie sur la fiche métier disponible sur le site de la DRDJSCS Auvergne Rhône Alpes. (Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, pour en savoir plus : cliquez-ici ! )

J’ai choisi cette définition car je la trouve juste, adaptée et en prime, elle vient d’un site officiel! D’autres sites évoquent ce métier mais la définition est trop « en surface », sans inclure toutes les facettes du métier à mon goût.

 

 

1)      L’accueil des jeunes enfants et de leurs familles

 


« L’EJE exerce une fonction d’accueil des jeunes enfants et de leurs familles … »


 

Rien qu’avec cette simple phrase, tout n’a pas été clair pour moi à la première lecture!

D’abord, lorsque l’on parle des jeunes enfants, on parle d’enfants âgés de 0 à 7 ans. Dans les faits, la majorité des emplois occupés par les EJE sont ciblés sur la tranche d’âge 0-3 ans. Pour l’instant, les EJE ne peuvent pas travailler en école maternelle publique (l’éducation nationale réfléchit à cette question car ces diplômes offrent une réelle complémentarité à la formation de professeur des écoles pour l’accueil des 3-6 ans). Mais de nombreux EJE interviennent également auprès d’enfants plus âgés. Cet âge 0-7 ans est donc une référence mais non une obligation !

Ensuite, cette définition fait ressortir un élément qui me parait aujourd’hui fondamental dans ce métier : l’EJE travaille auprès des enfants, mais aussi de leurs familles. Avant de rentrer en formation, j’avais conscience du fait que j’allais accueillir les parents. Mais cela se résumait principalement pour moi par le fait de prendre en charge l’enfant à son arriver, savoir si tout allait bien, et de même le soir. J’avais entendu parler de « l’accompagnement à la parentalité », notamment en lisant le référentiel de la formation. Je me disais que c’était « de biens grands mots » pour seulement parler de l’accueil matin et soir des familles.

Aujourd’hui, je comprends que l’accompagnement à la parentalité est quelque chose de beaucoup plus complexe ! Je vous partage quelques pistes de ce qui me semble indispensable dans cet accompagnement. Je reviendrai sur ces aspects dans d’autres articles, ces premières idées sont seulement pour que vous puissiez saisir la complexité de cette mission.

 

Selon moi, les mots clés pouvant illustrer l’accompagnement des familles sont :

Accueil – Ecoute – Disponibilité – Non jugement – Confiance – Bienveillance –

Réflexion d’équipe – S’adapter – Singularité des situations – Cohérence –

Connaissances théorique – Connaissances de l’enfant – Connaissances des familles

 

            On pourrait en ajouter encore beaucoup d’autres ! Maintenant, relisez ces quelques mots encore une fois en essayant d’associer à chaque mot quelques images ou situations qui vous semblent faire référence. (Faîtes le vraiment 😉).

Vous voyez que l’image que j’en avais, c’est à dire seulement accueillir matin et soir avec « bonjour, tout va bien » est loin d’être suffisante lorsque l’on parle de l’accueil des familles. C’est pour cela qu’aujourd’hui j’insiste sur cette mission de l’EJE.

C’est en travaillant mon identité professionnelle en formation que j’en ai compris le sens, et surtout l’importance ! Ce n’est pas un thème dont on peut faire l’impasse : quand on travaille auprès des enfants, on prend aussi en compte leur famille. Pour la petite anecdote, en formation j’ai pu lire un livre dont le titre est très parlant :  » Accueillir à la crèche, à l’école, il ne suffit pas d’ouvrir la porte ! « . Tout y est dit !!

 

 

 

2)       Les lieux d’exercice de l’EJE


« …dans les différents établissements et services pouvant les recevoir. »


 

En continuant la définition, nous apprenons que l’EJE travaille dans différents établissements. En cherchant sur internet, on trouve vite les principaux lieux d’exercices des EJE tels que les Etablissements d’Accueil du Jeunes Enfants (multi-accueil, crèche, micro crèche, halte-garderie, jardins d’enfants), Relais Assistants Maternels, ludothèque, etc. La plupart des EJE que j’ai rencontré ont au moins réalisé un stage dans ces établissements, mais ce n’est PAS TOUJOURS le cas ! 😉

Si l’on frappe aux bonnes portes, on peut également rencontrer d’autres lieux en lien par exemple avec

  • l’instruction (certaines écoles privée),
  • la protection de l’enfance (Pouponnières, Maison d’Enfants à Caractère Social, Aide Sociale à l’Enfance, etc.),
  • le champ du handicap (Centre d’Action Médico-Social Précoce, Institut Médico-Educatif, Institut d’Education Motrice, etc.),
  • le champ hospitalier (Pédiatrie, Maternité, Psychiatrie, etc.),
  • le champ de l’accompagnement à la parentalité (Lieu d’Accueil Enfants Parents, Réseau d’Ecoute, d’Appui et d’Accompagnement à la Parentalité, etc.)
  • ou encore des EJE travaillant à l’étranger.

Malgré une formation identique, l’EJE ne réalise pas les mêmes missions en fonction de l’établissement. Parfois, même au sein d’un même établissement, plusieurs EJE peuvent avoir des missions différentes mais complémentaires ! Par exemple, un EJE travaillant en crèche peut être :

référent d’enfants et donc travailler au quotidien auprès d’eux,

coordinateur pédagogique, en ayant des temps auprès des enfants et de nombreux temps d’organisation, de création de projets, de réunion d’équipe, etc.

responsable adjoint, dont les missions principales s’organisent autour de tâches administratives, de gestion d’équipe mais en continuant parfois d’être auprès des enfants sur des temps ponctuels.

responsable de l’établissement, où ses principales missions sont la gestion globale de l’établissement (financière, administrative, ressources humaines, accueil des familles, gestion d’équipe etc.)

coordinateur petite enfance, en gérant plusieurs établissement sur des questions administratives, partenariales, financières et ayant peu de contact avec les enfants.

Ces trois derniers postes requièrent des connaissances plus poussées en matière de gestion d’équipe, de ressources humaines, financières, etc. C’est pourquoi il est préférable de compléter la formation initiale par d’autres plus spécifiques pour assurer au mieux ces tâches. En réalité, chaque responsable que j’ai rencontré m’a dit s’être formée d’elle-même dans un premier temps, à travers des lectures et avec l’expérience.

Au-delà des missions différentes pouvant être réalisées, il existe autant de manière d’être EJE qu’il y a d’EJE. L’identité professionnelle se construit selon sa propre histoire, culture, expérience, etc. Chacun incarne ce métier à sa manière. J’ai même rencontré des personnes qui, même si elle n’avait pas le diplôme, incarnées ce métier et réaliser un travail similaire. 🙂

 

 

 

3)      Pour résumer ce métier en 3 mots (ou 4…)


« Ses fonctions se situent à trois niveaux : éducation, prévention, coordination ».


Quelques mots ne peuvent illustrer la complexité d’un métier. Mais si l’on veut le résumer,

ceux-ci sont en effets appropriés.

L’éducation  aborde le cœur du métier, c’est à dire l’enfant et l’accompagnement que l’on va apporter pour lui permettre de grandir dans les meilleures conditions possibles.

La prévention s’incarne au quotidien par le fait :

  • d’observer l’enfant grandir,
  • repérer des difficultés qu’il vit,
  • y être attentif le plus tôt possible pour empêcher qu’un problème ne s’aggrave.

Ces difficultés peuvent être relationnelles, motrices, émotionnelles, familiales, sociales, etc.

Pour moi, le mot coordination montre que l’EJE harmonise les actions quotidiennes. C’est comme en musique : le chef d’orchestre est présent pour que l’on entende une mélodie fluide, agréable, tout en ayant des dizaines d’instruments différents, des variations de rythme, de tonalité, etc.

Dans ce métier, c’est organiser le quotidien d’un groupe d’enfants, tous différents les uns des autres. Pour harmoniser cette symphonie, l’EJE favorise la mise en place de projets, de sorties, d’évènements, etc.

Comme chaque instrument à son musicien, chaque enfant accueilli est entouré d’adultes. Les EJE peuvent être amenés à manager une équipe, avec ou sans rapport hiérarchique. Cet aspect n’était pas très clair pour moi avant la formation puis, au fur et à mesure des expériences, j’ai compris l’importance du management, de la façon dont on travaille en équipe et de comment cela impact la qualité d’accueil des enfants.

Je voudrais ajouter un aspect : l’EJE est un travailleur social. C’est le seul dont la spécialité est la petite enfance. Cet aspect social montre tout l’intérêt que les politiques publiques portent aujourd’hui sur la petite enfance. C’est en prenant soin des enfants d’aujourd’hui, en limitant les inégalités et favorisant l’égalité des chances dès cet âge que l’on contribue à former une meilleure société de demain.

 

 

4)      Le cœur du métier d’EJE : l’enfant


«  Il s’attache à favoriser le développement global et harmonieux des enfants en stimulant leurs potentialités intellectuelles, affectives, artistiques. En créant un environnement riche et motivant, il contribue à leur éveil et à leur apprentissage à la vie sociale. »


Cette phrase montre le cœur du métier et souvent ce qui passionne les personnes l’ayant choisi. J’aime cette tournure de phrase car elle permet de comprendre que ce métier ne se résume pas à faire du dessin, lire des histoires et chanter des comptines. Effectivement, c’est avec plaisir qu’au quotidien j’anime ces temps d’éveil. Mais chaque action est réfléchie dans l’intérêt de l’enfant. Nous allons chanter une comptine, mais pourquoi ? Qu’est ce que cela apportera à l’enfant ? Pourquoi à ce moment précis ? Il y a un réel intérêt pédagogique dont il faut être conscient.

C’est par ces actions quotidiennes que nous aidons les adultes de demain à grandir, à être autonome, et cela passe par le fait de répondre à leur besoin de découverte.

Le principal but de ce métier est de réfléchir puis créer les meilleures conditions possibles pour accompagner chaque enfant.

Je me questionne au quotidien sur ces conditions afin que l’enfant grandisse dans un espace adapté à ses besoins. Pour cela, j’ai besoin de confronter ce que je vois à des théories, de réfléchir avec les autres membres de l’équipe, de tester des idées (aménagement des pièces, organisation de la journée, activités proposées, etc.), parfois les remettre en question, tester de nouvelles choses, etc.

Cet aspect du métier et généralement très motivant car face à un problème pratique, les adultes réfléchissent à une meilleure solution et la teste. Cette étape de réflexion recentre sur ses valeurs, son identité, met à profit ses connaissances et son expérience, etc. Et lorsque le problème est résolu, que les enfants sont dans un cadre plus adapté, c’est une réussite gratifiante et satisfaisante pour toute l’équipe.

De même, les enfants apporte au quotidien une touche de bonheur, de joie, de légèreté par leur spontanéité. Certains moments demandent une réelle énergie physique et émotionnelle mais les voir grandir, avancer, progresser grâce à notre accompagnement,  c’est aussi quelque chose de gratifiant.

 

 

Ce qu’il faut retenir :

 

  • Le métier d’EJE est principalement ciblé sur la tranche d’âge 0 à 7 ans.
  • Les lieux d’exercice de l’EJE sont principalement en Etablissement d’accueil du Jeune Enfant, auprès d’enfants âgés de 0 à 3 ans. En réalité, les compétences acquises en formation permettent de travailler dans plusieurs dizaines d’établissements différents. (N’oublions pas que dans un même lieu, différents EJE peuvent exercer des tâches différentes à des postes différents.)
  • L’EJE est un travailleur social. Les mots prévention – éducation – coordination peuvent résumer ce métier mais ils illustrent difficilement la complexité et la diversité des missions.
  • L’EJE accueille les enfants en l’absence de leurs parents et travaille avec l’équipe pour offrir un environnement adapté à leurs besoins. Il se rend disponible et à l’écoute pour accueillir et accompagner les familles.

Dans cette définition, quelques aspects du métier d’EJE ne sont pas assez développé selon moi, notamment la question des partenaires et de la gestion de projets. Vous trouverez la suite de cet idée sur l’article suivant : Zoom sur le rôle de l’EJE : Que fait-il au quotidien ?

Laisser un commentaire